Aller au contenu

Bretagne Cinéma est au Festival de Cannes

Du 7 au 13 juillet 2021, retrouvez-nous au Festival de Cannes ! Vous souhaitez évoquer un projet de vive voix, rencontrer Bretagne Cinéma, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec Delphine Jouan et Anne-Cécile Rolland (delphine.jouan@cinema.bretagne.bzh/ 06.28.31.73.78 – anne-cecile.rolland@bretagne.bzh/ 07 86 13 20 93)

Les films bretons à la Semaine de la Critique

Les Amours d’Anaïs

Crédit photo : Les Amours d’Anaïs ©Les Films Pelléas/ Année zéro

« Les amours d’Anaïs » est le film du 60ème anniversaire de la Semaine de la Critique : il s’agit du premier long métrage (1h38) de Charline Bourgeois-Tacquet, produit par Les Films Pelléas et Année Zéro. Le tournage a eu lieu à l’été 2020 en Bretagne puis dans les Pays-de-la-Loire et en Ile-de-France.

C’est dans les Côtes d’Armor que les scènes bretonnes ont été tournées, notamment au château de Kerduel et dans la ville de Pleumeur-Bodou, à la mairie et à la gare de Guingamp, ou encore à Lannion sur la plage Maez-an-Aod et à la polyclinique du Trégor.

Synopsis : Anaïs a trente ans et pas assez d’argent. Elle a un amoureux qu’elle n’est plus sûre d’aimer. Elle rencontre Daniel, à qui tout de suite elle plaît. Mais Daniel vit avec Émilie… qui plaît aussi à Anaïs. C’est l’histoire d’une jeune femme qui s’agite. Et c’est aussi l’histoire d’un grand désir.

Avec Anaïs Demoustier, Valeria Bruni Tedeschi, Denis Podalydès, Jean-Charles Clichet, Annie Mercier, Xavier Guelfi, Anne Canovas, Bruno Todeschini, Christophe Montenez

Des technicien.ne.s, des prestataires, des comédien.ne.s et des figurant.e.s breton.ne.s ont participé au tournage.

Soutenu par Bretagne Cinéma, le film a reçu l’aide financière de la Région Bretagne (en partenariat avec le CNC) et l’accompagnement personnalisé de l’Accueil des tournages.

Charline Bourgeois-Tacquet, après des études de lettres et des cours de théâtre, travaille un temps dans l’édition. En 2016, elle réalise un premier court-métrage autoproduit. Elle est remarquée en 2018 avec son second court, « Pauline asservie », sélectionné à la Semaine de la Critique, puis au Festival de Clermont-Ferrand où il reçoit la Mention Spéciale du Jury et le Prix de la Presse Télérama. Il est présélectionné aux César 2020 et récompensé dans de nombreux festivals internationaux. « Les Amours d’Anaïs » est son premier long métrage.

En images

1 sur 4
Crédit : ©Carl Colonnier
Les Amours d’Anaïs

©Carl Colonnier

2 sur 4
Crédit : ©Les Films Pelléas/ Année Zéro
Les Amours d’Anaïs

©Les Films Pelléas/ Année Zéro

3 sur 4
Crédit : ©Les Films Pelléas/ Année Zéro
Les Amours d’Anaïs

©Les Films Pelléas/ Année Zéro

4 sur 4
Crédit : ©Les Films Pelléas/ Année Zéro
Les Amours d’Anaïs

©Les Films Pelléas/ Année Zéro

Noir-Soleil

Crédit photo : Noir-Soleil ©Eddy Production

« Noir-Soleil » est un court métrage (20 min) en peinture animée réalisé par la peintre et vidéaste bretonne Marie Larrivé. Il est produit par Eddy Production, coproduit par Respiro Productions (société de production bretonne).

Synopsis : Suite à un tremblement de terre, le corps d’un homme est découvert dans la baie de Naples. Selon la police, l’homme se serait suicidé il y a 40 ans. En quête de son identité, elle contacte Dino et sa fille, Victoria, pour un test ADN. Lors de ce voyage inattendu l’un auprès de l’autre, la jeune fille exhume le passé mystérieux de son père pendant que Dino se plonge, malgré lui, dans les paysages de son enfance.

Les techniciens bretons Morgane Le Péchon (animatrice et coloriste) et Maël Oudin (compositeur) ont participé au film.

Soutenu par Bretagne Cinéma, le film a reçu l’aide financière de la Région Bretagne (en partenariat avec le CNC).

Marie Larrivé est peintre et réalisatrice de films d’animation. Après des études de lettres classiques en hypokhâgne et khâgne, elle étudie à l’ENSAD Paris et y développe une pratique de l’image fixe et de l’image en mouvement. Formée aux techniques de la maquette, du dessin animé traditionnel et de la peinture, elle explore différents types de narration.

Voir le trailer

En images

1 sur 6
Crédit : Noir-Soleil ©Eddy Production
Noir-Soleil

©Eddy Production

2 sur 6
Crédit : Noir-Soleil ©Eddy Production
Noir-Soleil

©Eddy Production

3 sur 6
Noir-Soleil

©Eddy Production

4 sur 6
Noir-Soleil

©Eddy Production

5 sur 6
Noir-Soleil

©Eddy Production

6 sur 6
Noir-Soleil

©Eddy Production

Bruno Reidal

Crédit photo : Bruno Reidal ©Capricci / Stank

« Bruno Reidal » est le premier long métrage (1h41) de Vincent Le Port, scénariste et réalisateur breton. Il est produit par Stank, société bretonne, et Capricci.

Synopsis : Cantal, 1er septembre 1905. Un séminariste de 17 ans est arrêté pour le meurtre d’un enfant de 12 ans. Pour comprendre son geste, des médecins lui demandent de relater sa vie depuis son enfance jusqu’au jour du crime. D’après l’histoire vraie de Bruno Reidal, jeune paysan du Cantal qui, toute sa vie, lutta contre ses pulsions meurtrières.

Avec Dimitri Doré, Jean-Luc Vincent, Roman Villedieu, Alex Fanguin, Tino Vigier, Nelly Bruel

Vincent Le Port est diplômé de La Fémis en réalisation. Il a cofondé la société de production Stank avec laquelle il développe ses projets dont « Le Gouffre » (Prix Jean Vigo du court-métrage en 2016). « Bruno Reidal », pour lequel il a été Lauréat de la fondation Gan pour le Cinéma en 2018, est son premier long-métrage.

En images

1 sur 3
Crédit : Bruno Reidal ©Capricci / Stank
Bruno Reidal

©Capricci / Stank

2 sur 3
Bruno Reidal

©Capricci / Stank

3 sur 3
Bruno Reidal

©Capricci / Stank

Notre actualité

La newsletter Cinéma